Gestion d’entreprise : Comptabilité analytique

L’article 70 du texte refondu de la loi 20/2007 sur les sociétés anonymes et à responsabilité limitée, réglemente l’obligation de tenir une comptabilité ordonnée et adaptée à l’objet social conformément aux paramètres et principes établis par le Texte refondu de la Loi 30/2007 sur la comptabilité des entrepreneurs et le plan général de comptabilité d’Andorre. Ainsi, chaque fois que nous parlons de comptabilité, nous avons tendance à penser à la comptabilité financière, car elle est obligatoire, légitime la propriété des actionnaires et des entrepreneurs, et, reflète la valeur patrimoniale et les résultats obtenus dans l’ensemble des documents qui font partie des comptes annuels et que tout entrepreneur est tenu de formuler, d’approuver et de présenter aux autorités gouvernementales.

Toutefois, il existe d’autres comptes qui, sans être obligatoires, sont essentiels et d’une importance vitale pour mener à bien une gestion commerciale correcte et efficace. Cette comptabilité est connue sous le nom de comptabilité analytique ou comptabilité des coûts.

La principale différence entre la comptabilité financière et la comptabilité analytique réside dans le fait que la première est chargée de collecter, de classer, de synthétiser et de déclarer les opérations effectuées au sein de l’entreprise. Sa fonction est donc de recueillir l’historique économique de l’entreprise et est de nature annuelle; tandis que la seconde, est chargée d’effectuer une analyse exhaustive des coûts et a pour objectif principal d’enregistrer, d’accumuler, de distribuer, contrôler, analyser, interpréter et rendre compte des coûts de production, de distribution, d’administration et de financement, et, constitue donc un outil fondamental pour l’optimisation et le contrôle des ressources de l’entreprise.

Cette comptabilité joue un rôle essentiel dans la prise de décision des entreprises car elle fournit des informations précieuses pour déterminer quelles activités menées par l’entreprise nécessitent plus ou moins de ressources, lesquelles ajoutent de la valeur, lesquelles sont rentables, l’offre sur les prix des produits et/ou services, les coûts qui peuvent être supportés et qu’il faut supprimer, et donc une multitude de paramètres qui aident la direction à prendre des décisions importantes qui finiront par définir les marges commerciales et les bénéfices des entreprises.

Et pourquoi le rôle de la comptabilité analytique au sein des entreprises est-il si important ? Car la comptabilité financière à elle seule, comporte une certaine opacité d’information. Il y a eu de nombreux cas où des entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes pour avoir subi des pertes au cours d’exercices comptables consécutifs alors qu’elles auraient pu être assainies par une comptabilité analytique correcte. Celle-ci aurait pu montrer de manière très détaillée dans quels produits et/ou services il y avait des pertes, où elle réalisait des bénéfices ou dans quels cas elle investissait trop de ressources humaines ou financières. Nous aurions même pu constater qu’il suffisait de supprimer certains processus pour inverser les résultats négatifs pour enfin commencer à obtenir des bénéfices.

D’où l’importance de la comptabilité analytique dans les entreprises, puisqu’elle permet une analyse détaillée de la structure de l’entreprise, de ses processus, des différentes activités et de l’origine et de la destination des différentes ressources.

Au fil du temps, cette comptabilité a fait l’objet d’une étude de la part des experts en la matière, qui ont conçu différents modèles analytiques qui ont été testés au sein du tissu entrepreneurial, obtenant de meilleurs résultats, certains par rapport aux autres, en fonction du type d’activité.

Les modèles les plus testés et ceux qui ont produit les meilleurs résultats sont les suivants :

  • Modèle Full Costing (coûts complets) : ce modèle repose sur le fait que tous les coûts de production engagés par l’entreprise pour obtenir des produits et services doivent être inclus dans leur valorisation. Les coûts sont analysés selon leur nature et sont séparés en coûts directs (liés à la production) et coûts indirects (non liés à la production).
  • Modèle Direct Costing (coût variable) : selon ce modèle, le coût du produit sur une période n’absorbe que les coûts variables de production et de vente (directs et indirects), les coûts fixes étant indépendants du volume de production, ne sont pas considérés comme des coûts du produit mais comme des coûts de la période et sont donc directement liés au résultat sans être répercutés sur la production.
  • Modèle Activity Based Costing ou modèle ABC (basé sur le coût des activités) : dans ce modèle la répartition des coûts directs est immédiate en mesurant et en contrôlant les consommations, Comme dans les modèles précédents, mais la particularité réside dans la répartition des coûts indirects, qui sont également affectés aux produits, mais par la consommation d’inducteurs de coût de chacune des activités en cours.

Il n’y a aucun doute que la bonne mise en œuvre d’une comptabilité analytique augmente la compétitivité des entreprises en fournissant des informations qui nous permettent de concevoir des stratégies commerciales beaucoup plus adaptées et détaillées. Elle nous permet également de détecter les dysfonctionnements dans les processus de production et de développer des mécanismes qui nous permettent de les corriger, en supprimant toutes les activités auxiliaires qui sont superflues et qui représentent un coût pour l’entreprise et en réorientant les ressources pour renforcer et optimiser les branches d’activité qui apportent une valeur ajoutée et une meilleure rentabilité en favorisant ainsi l’obtention d’un plus grand bénéfice.

Afin de pouvoir mettre en place une comptabilité analytique correcte, il faut des outils qui nous permettent de collecter toutes sortes de données et d’informations utiles, mais sans que les procédures soient trop coûteuses en temps, en ressources matérielles et économiques. C’est là que les différents logiciels de gestion jouent un rôle très important, principalement ERP (Enterprise Resource Planing) et CRM (Customer Relationship Management) qui se nourrissent facilement et au sein des processus.

Si vous rencontrez des difficultés à optimiser les ressources de votre entreprise, ou si vous souhaitez examiner s’il est possible d’augmenter ses performances, notre équipe de professionnels se fera un plaisir de vous conseiller et de vous accompagner dans tout le processus de mise en œuvre d’une comptabilité analytique qui vous permettra d’améliorer les résultats et la compétitivité de votre entreprise.

Diana Garmón

Augé Legal & Fiscal