Le grand déséquilibre entre la vente et la location sur le marché immobilier andorran se poursuit en 2022

Le marché immobilier andorran continue cette année avec un grand déséquilibre entre la vente et la location.

 

D’une part, l’acquisition d’appartements maintient sa tendance à la hausse avec un niveau de ventes très élevé, en particulier dans le secteur du haut standing, malgré la hausse des prix des matières premières qui semblait initialement pouvoir créer des tensions sur le marché. Il semble toutefois que cette tendance à la hausse n’ait pas été enrayée pour le moment et que les chiffres des ventes soient, non seulement supérieurs à l’année précédente, mais aussi les meilleurs de cette décennie. L’arrivée constante de nouveaux investisseurs et de résidents à fort pouvoir d’achat dans la Principauté maintient le volume des ventes très élevé et, par conséquent, la large gamme d’appartements neufs proposée par notre marché est essentielle. D’autre part, l’offre de biens d’occasion est actuellement très faible, en grande partie en raison du grand nombre de transactions qui ont été clôturées ces dernières années. Les quelques unités disponibles sur le marché sont à un prix totalement surdimensionné par rapport aux nouvelles constructions.

 

En revanche, la situation du marché locatif est bien différente et ces dernières années elle est devenue de plus en plus compliquée. La quasi-totalité des logements que nous trouvons sur le marché sont à vendre et l’offre d’appartements à louer est presque inexistante. De plus, les prix continuent à augmenter surtout dans les paroisses centrales et les quelques propriétés qui sont mises sur le marché, dans la plupart des cas, ont un rapport qualité-prix difficilement justifiable. Les portails immobiliers sont le reflet fidèle de cette réalité et les options d’achat que l’on peut trouver sont de 67 à 1 par rapport aux options de location.

 

Concernant la situation des logements locatifs touristiques, ce secteur a beaucoup souffert ces deux dernières années du manque de tourisme dû à la pandémie du Coronavirus, mais, il se redresse fortement et représente à nouveau une option très intéressante pour les investisseurs. Le résultat de cette reprise fait que les locations résidentielles et saisonnières perdent de nombreux logements et leurs propriétaires ont tendance à opter pour cette modalité puisqu’elle n’est pas conditionnée par le maintien des prix des loyers imposé par l’exécutif pendant 3 années consécutives.

La Direction

Augé Legal & Fiscal